MARE LIBERUM — Table ronde

Le 30 septembre à 14h30 — Esä, site de DUNKERQUE

© Manon Thirriot

Mare Liberum est un objet hybride, un mélange non défini entre un espace d’exposition, une œuvre collective, une édition, un fanzine, un catalogue d’exposition...


Il contient des projets aux ramifications plus ou moins grandes, passant d’œuvres réalisées par une seule personne à des projets comprenant trois, quatre, voire cinq artistes. On y trouve des appropriations, des copies et des collages, c’est un questionnement sur l’espace d’exposition et sur celui de la page.


Il mêle sans distinction quatorze artistes, amateur·es, étudiantes et professionnel·les, et fût exposé à la fois dans un lieu institutionnel, le Frac Grand Large, et dans la cave d'une étudiante curatrice, 46m². Ce qui traduit deux notions chères aux membres du groupe : la déhiérarchisation et la remise en cause des statuts.


Passant de mains en mains et évoluant au gré des discussions, cet objet est le produit d’un ensemble continu de dérives, depuis le début de la seconde édition de la résidence Archipel en 2018, et jusqu’à la disparition de ces 2700 exemplaires.

Une première table ronde intitulée Les pratiques artistiques collaboratives et collectives eu lieu à La Malterie en septembre 2021 en présence de Véronique Goudinoux, professeure d'histoire et de théorie de l'art, et Julien Verhaeghe, critique et commissaire d'exposition. Deux personnes ayant suivi de près le travail mené par les artistes du groupe lors des différentes étapes d'Archipel et dont l'attrait pour les pratiques collaboratives est affirmé.

Dans la continuité de cette discussion collective, il nous semblait important de venir dans une école d'art afin d'engager un temps de réflexion commun sur le thème des pratiques collaboratives et du travail collectif et ce qu'elles provoquent, d'une part, dans le travail des artistes qui les pratique, et d'autre part, dans le milieu de l'art.


Car ces dernières années ont largement consacré ces questionnements que ce soit par le biais de l'attribution collective du Prix Turner aux quatre artistes en lice en 2019, à l'attribution du même prix à un collectif d'artistes en 2021 ou encore la direction artistique de la documenta 15 confiée également à un collectif – qui n'a invité que des collectifs. Toutefois, ce n'est pas pour autant que lesdits mythes ont pris fin par magie : l'affaire Druet/Cattelan, récemment jugée au tribunal de grande instance de Paris, est malheureusement là pour nous le rappeler.

Mais qu'en est-il dans les lieux de formation des futur·es artistes ? Comment les étudiant·es s'emparent de ces questions et comment l'école les accompagne ?


Nous souhaitons convier à cette table ronde les étudiant·es et Anne Rivollet, la directrice de l'école, ainsi que Keren Detton, directrice du Frac Grand Large, qui a accueilli le projet Mare Liberum dans son institution, et enfin Julien Verhaeghe.


 

Informations pratiques :

Le 30 septembre à 14h30 à l'Esä.

5bis rue de l'Esplanade

59140 Dunkerque

Renseignements : 03 28 63 72 93

Seront présent·es Florence Bazin, Gilles Elie, Mélissa Godbille, Marion Lebbe, David Leleu, Philippe Lipka, Emmanuel Simon et Manon Thirriot pour présenter brièvement la résidence Archipel et le projet Mare Liberum ; Julien Verhaeghe pour une présentation théorique des modalités du travail en collectif ; Anne Rivollet et Keren Detton en leur qualité de directrices de l'Esä, site de Dunkerque, et du Frac Grand Large — Hauts-de-France.

Suivi d’un temps de questions/réponses et de discussion avec le public.


Durée 2h puis verre de l’amitié afin de poursuivre les discussions de manière plus informelle.


Destiné aux étudiant·es, ouvert tout public.